Témoignages

Chers actuels et anciens élèves, enseignants, parents... Nous vous invitons à partager ici  vos impressions, vécus et souvenirs concernant cette pédagogie. Envoyez-nous votre texte qui peut s'inspirer, par exemple, des questions suivantes: avez-vous des bons souvenirs à partager? Que trouvez vous de remarquable dans la pédagogie Waldorf? Que vous a-t-elle apporté qui vous accompagne encore aujourd'hui? Etc... Les photos avec une légende explicative sont aussi les bienvenues! Merci 😊


Comment nous faire parvenir vos textes:

  • Via le formulaire, ici
  • Par envoi postal à l'adresse:

Waldorf 100-Marie-Françoise Côte

Rue Floremond 34
1325 Chaumont-Gistoux

 

Notes: pas de publicité pour des entreprises privées, merci; les responsables du site se réservent le choix d'édition :-)

L'école de Court-St-Etienne, pionnière de cette pédagogie en Belgique francophone
L'école de Court-St-Etienne, pionnière de cette pédagogie en Belgique francophone


Éline Pont (jardinière d'enfants)

Très tôt intimement convaincue de la nécessité d’une éducation reliant l’enfant à la nature et visant à développer l’intelligence des mains ainsi que la créativité, j’ai étudié les sciences de l’éducation et la psychologie de l’enfant, au Canada notamment, afin de trouver la pédagogie la plus pertinente en vue des nécessités de notre temps.

 

Un soir d’automne, les chants des enfants d’une petite école Steiner lors d’une promenade aux lanternes en forêt ont donné réponse à toutes mes interrogations. J’ai entamé en 2011 la formation de jardinière en pédagogie Waldorf à Paris. Cette expérience a confirmé ma détermination à travailler avec cet outil essentiel à notre époque. En outre, les visites plus ou moins prolongées des jardins d’enfants Waldorf dans différents pays (Belgique, France, Allemagne, Suisse, Angleterre, Suède) m’ont permis d’affiner petit à petit ma manière d’être auprès du petit enfant. L’impact de la voix parlée et chantée, le rapport à la terre, à l’animal et l’alimentation constituent pour moi des priorités sur lesquelles axer mon approche professionnelle. 

 

Toute petite, j’avais déjà cette idée d'enfance à la ferme. J’étais venue à la ferme Larock quelques mois pour faire un mémoire en anthropologie sur l'avenir social de l'agriculture biodynamique. De façon informelle, je gardais les enfants du village et lorsque je suis partie en Suisse pour une première expérience professionnelle en tant que directrice d'école, les parents ont organisé eux-mêmes des gardes chez les uns et les autres, pour réaliser qu'ils voulaient créer avec moi ce jardin d'enfants... à la ferme.Les acquisitions fondamentales de la petite enfance reposent sur une richesse d’expériences sensorielles et motrices : la ferme est un lieu idéal pour cela !  L’agriculture et la pédagogie sont deux bases essentielles de la vie qu'il semble difficile de lier aujourd'hui, c'est pourtant si important.

 

En Belgique, la formation des professeurs Waldorf existe depuis 7 ans et se donne en trois années (dont les deux dernières sont spécifiques par cycle : jardin d'enfants/primaire/secondaire). Vu l'ouverture récente de plusieurs écoles et le peu de relève au niveau des enseignants formés, c'est avec engagement et enthousiasme qu'avec mes collègues Brigitte Jurdant et Louis Larock, nous avons ont répondu au besoin de donner une formation en petite enfance.

 

Waldorf est une pédagogie d’avenir... elle a cent ans et tout peut commencer !

Éline Pont, 19 juin 2019


Marina Blanpain-Cremers (maman)

C'est avec plaisir que je participe à ce témoignage, en tant que maman de deux anciens élèves de "La Ferme Blanche".  Mes enfants, Pierre-Lilé et Léa-Kenza, aujourd'hui respectivement âgés de 15 et de 14 ans ont eu la chance de vivre une année en "Grand Jardin d'Enfants", avec Eugénie Detry pour jardinière…

 

Après, nous avons quitté la Belgique pour la France.  N'ayant alors pas d'école à pédagogie Steiner-Waldorf à proximité (de plus, comme elles ne sont pas reconnues ni subventionnées, ici en France, elles sont onéreuses) et n'ayant pas le coeur de mettre mes enfants dans l'enseignement traditionnel, nous avons alors opté pour l'instruction en famille.  La famille s'est depuis agrandie et ce sont sept joyeux lutins qui continuent à être baignés par cette jolie nourriture que nous a apporté la pédagogie Steiner-Waldorf!

 

Je rédige également un blog: "Méli Mélo des p'tits Blanpain!" où pas mal d'articles ont attrait à cette jolie pédagogie. [...]

 

Je garde également un souvenir ému de Betty Pannecoucke qui m'a appris a confectionner m'a première poupée Waldorf!  Aujourd'hui, je continue à créer petites poupées, à tricoter petits animaux... avec beaucoup de plaisir et de gratitude!

 

Marina Blanpain-Cremers, Septembre 2019


Geneviève Versé (jardinière d'enfants)

Un aspect du terrain de jeu de la Kildare Steiner School
Un aspect du terrain de jeu de la Kildare Steiner School

C'est en 1995 que j'ai découvert en Alsace le mouvement de l'agriculture bio-dynamique et l'anthroposophie. Cette rencontre allait bouleverser ma vie et changer le cours de mon existence. A partir de ce moment là, j'ai suivi avec beaucoup d'intérêt des stages sur l'alimentation saine, sur les quatre goûts et les tempéraments, l'aquarelle sur papier mouillé et toute une série de conférences sur l'éducation et l'anthroposophie.

 

Ensuite, les quatre années de formation de 1999 à 2003 à Emerson College (UK) pour devenir jardinière d'enfants m'ont permis de découvrir d'une part les fondements de la philosophie de Rudolf Steiner et d'autre part une approche holistique de l'enfant et de développer ma créativité dans le monde fascinant des marionnettes et d'explorer un nouveau talent, celui de conteuse.

 

Mes bagages chargés de tous ces trésors, je suis partie en Irlande pour faire mes premiers pas dans un jardin d'enfants dans le comté de Clare. L'année suivante une petite école primaire pionnière dans le comté de Kildare, me demanda de la rejoindre pour ré-ouvrir un jardin d'enfants dans un ancien prieuré. A mon arrivée je découvris un lieu abandonné, entouré par un très beau jardin en friche. Mais cette situation ne me découragea pas pour autant. Bientôt l'endroit redevint propre, chaleureux, prêt à accueillir une dizaine d'enfants. La particularité de ma situation était que le jardin d'enfants était totalement séparé de l'école qui se trouvait à quelques kilomètres de là, dans un Camphill. J'eus le privilège d'être entourée et soutenue par un groupe de parents ouverts à l'anthroposophie et désireux de découvrir ses fondements. En les invitant à participer à la célébration des fêtes, en organisant des soirées d'informations et des ateliers artistiques, non seulement, j'ai pu partager avec eux de merveilleux moments d'échanges, mais aussi leurs transmettre mon inspiration et mon profond attachement pour les valeurs éducatives de la pédagogie. C'est ainsi que l'année suivante une vingtaine d'enfants s'épanouissaient en ma présence, ainsi que celle d'une assistante que je formais et accompagnais dans son travail.

 

Entre temps, le primaire déménagea sur un terrain acheté à un des membres de la communauté scolaire, ce qui marqua un tournant décisif dans le développement de l'école. Alors que j'annonçais mon départ pour revenir me marier en Belgique, le propriétaire du prieuré nous demanda de quitter les lieux. Loin de baisser les bras, les parents décidèrent d'installer deux nouveaux jardins d'enfants et de créer un merveilleux jardin sur le nouveau terrain. Pour la première fois dans l'histoire de la Kildare Steiner School, les jardins d'enfants trouvaient enfin leur place au sein de l'école. Lorsque j'ai quitté l'Irlande, mon sentiment à l'époque était d'avoir semé de petites graines qui ont pu pousser et grandir grâce à la présence de deux nouvelles jardinières et surtout grâce à la motivation et la conviction des parents qui souhaitaient voir leurs enfants s'épanouir dans un tel environnement.

 

En septembre 2018, à l'occasion de l'anniversaire des 30 ans de la Kildare Steiner School, j'ai été invitée en tant qu'ancien membre de l'équipe des enseignants. Quel bonheur de revoir mes tous premiers élèves devenus de jeunes adultes, les parents, mes anciens collègues et surtout les nouveaux lieux aménagés avec soin et dans le respect des valeurs de la pédagogie. C'est en 2008 que j'ai rejoins l'équipe des jardinières de la Libre Ecole Rudolf Steiner de Court-Saint-Etienne où j'ai travaillé pendant 10 ans. Durant toutes ces années j'ai poursuivi mon travail avec beaucoup d'enthousiasme et de conviction au service de l'enfant et ce en étroite collaboration avec les parents et toute l'équipe pédagogique.

 

En 2018, après avoir été jardinière d'enfants en pédagogie Steiner pendant 13 ans, j'ai décidé de devenir coach de vie spécialisée en coaching parentale et burn out parental. Me placer du côté des parents afin de les accompagner et de les guider dans l'éducation de leurs enfants m'est apparu comme une évidence. [...]

Télécharger
Témoignage complet
Témoignage pour Waldorf 100.pdf
Document Adobe Acrobat 42.6 KB

 

Geneviève Versé, septembre 2019



Activités de la section Steiner de l'IATA (enseignement secondaire, Namur)

Le projet en éducation à la citoyenneté mondiale se penche sur le thème des migrations et de la peur de l'autre. De belles productions artistiques en sont ressorties... et des stéréotypes déconstruits.


Les "chefs d’œuvre" , travaux de fin d'études des élèves en pédagogie Waldorf.


Pour partager